Pour tout renseignement 03.67.260.350
image de l'article A pied, à vélo ou en trottinette : 9 conseils pour limiter les risques dans l’obscurité !

A pied, à vélo ou en trottinette : 9 conseils pour limiter les risques dans l’obscurité !

Comment limiter les risques quand il fait sombre et que l'on circule à pied, à vélo ou en trottinette ?

Nous sommes 83% de Français* à nous sentir plus vulnérables sur la route dans l’obscurité et ce, quel que soit notre mode de déplacement ! Et pour cause : une hausse des accidents de la route est généralement enregistrée au moment du passage à l’heure d’hiver, certains usagers étant évidemment particulièrement vulnérables. Piétons et utilisateurs de vélos et de trottinettes sont bien sûr les plus fragiles, les politiques de sobriété énergétique (réduction ou extinction de l’éclairage public la nuit) menées dans de nombreuses communes, si elles ont bien entendu leur intérêt écologique, n’arrangeant rien aux risques pris par ces personnes sur la voie publique ! Si vous circulez à pied, à vélo ou à trottinette, voici donc 9 conseils pour renforcer votre sécurité en l’absence d’éclairage…


1. Portez des vêtements clairs


Saviez-vous que le conducteur d’un véhicule (phares allumés !) ne vous voit, si vous êtes vêtu(e) de noir, qu’à un peu plus de 20 mètres de lui… et qu’il a besoin au bas mot, sur sol sec et à 50 km/h, de 25 mètres pour s’arrêter ?

Autant dire qu’un peu d’humidité sur la route, une vitesse légèrement excessive ou la moindre distraction ralentissant ses réflexes, et l’accident se produira assez facilement.

Or nous sommes tout de même 71%* de piétons à ne pas toujours porter de vêtements clairs lorsque nous sommes de sortie la nuit ! Ils nous rendent pourtant visibles de bien plus loin : 150 mètres cette fois… À méditer, y compris évidemment par les cyclistes et autres usagers de trottinettes !

2. Optez pour des dispositifs rétroréfléchissants




En termes de visibilité quand on est piéton, cycliste ou usager de trottinette, l’idéal reste la multiplication des dispositifs réfléchissants ! Et vous avez le choix : gilets et brassards, bien sûr, mais également gants, bandes sur votre sac à dos (ou les cartables de vos enfants s’ils circulent parfois lorsqu’il fait sombre), voire vestes spécialement conçues pour vous permettre d’être bien vu-e la nuit. Plus vous en userez, mieux ce sera pour vous rendre visible de loin !

Attention : si dans de nombreux cas, ce type d’équipement reste à la discrétion de chacun, il existe néanmoins quelques obligations :
- à vélo et hors agglomération, le gilet de haute visibilité (jaune, orange, vert) est obligatoire lorsque la visibilité est insuffisante,
- à trottinette, le port du gilet rétroréfléchissant est obligatoire de nuit ou de jour par visibilité insuffisante.

3. Vérifiez vos équipements obligatoires pour vélos et trottinettes !


S’il est important de vous équiper vous-même, vous devez aussi porter attention aux équipements de votre vélo ou trottinette.



Certains dispositifs de visibilité sont en effet obligatoires :
- votre vélo : vérifiez la présence de catadioptres rouges à l’arrière et orange au niveau des pédales (visibles latéralement), ainsi que le bon fonctionnement d’un feu blanc à l’avant.
- votre trottinette : elle doit impérativement être équipée de catadioptres arrières et latéraux, ainsi que de 2 feux : un blanc à l’avant et un rouge à l’arrière, évidemment opérationnels.

Pour compléter cet ensemble de dispositifs de visibilité, vous pouvez ajouter d’autres systèmes éclairants : petite lampe à l’arrière de votre casque, harnais doté d’un feu supplémentaire voire d’un système lumineux permettant d’indiquer vos changements de direction, roues et/ou tubes lumineux, etc.

4. Allumez vos feux !


Bien sûr, vous y auriez pensé et cela ne devrait pas être précisé, mais n’oubliez pas d’allumer vos feux dès qu’il commence à faire un peu sombre… et même si vous vous dites en votre for intérieur que vous voyez suffisamment. L’idée n’est pas uniquement de vous permettre de distinguer où vous mettez vos roues, mais aussi de vous rendre visible des autres usagers de la route !


5. Piétons : empruntez les trottoirs et faites particulièrement attention en traversant !


D’après des données recueillies par l’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) entre 2015 et 2019, le nombre d’accidents impliquant un piéton augmente de manière récurrente de plus de 40% en novembre. Et oui ! C’est le moment du changement d’heure et de la perturbation subite de nos habitudes en termes de luminosité…

Et dire que seuls 75% des piétons* déclarent emprunter systématiquement les trottoirs ! C’est déjà ce chiffre-là qu’il faut changer ! Lorsque l’on circule à pied, il est impératif de marcher sur les espaces réservés à cet effet, a fortiori lorsqu’il fait sombre et que les conducteurs de voitures ou de camions nous voient beaucoup moins bien.



Il faut également redoubler alors de vigilance en traversant : même lorsque vous avez théoriquement la priorité, pensez à bien regarder à gauche, à droite et à nouveau à gauche avant de traverser.

Vous n’avez pas le choix et devez marcher sur la chaussée ? Alors faites-le sur son côté gauche : vous pourrez alors bien voir les véhicules arrivant en face.

6. Pas de casque ou d’oreillettes sur les oreilles !


67% des usagers de trottinette roulent parfois avec un casque audio ou des écouteurs*… alors que cela est non seulement dangereux mais aussi strictement interdit ! Il en est d’ailleurs de même sur un vélo. Et pour cause : avec un casque ou des écouteurs, la perception de l’environnement et notamment des bruits de la route est faussée, ceci pouvant conduire à ne pas entendre une voiture arrivant derrière soi, voire à négliger un coup de klaxon…
Vous avez tout de même besoin de votre Smartphone ? Utilisez un support pour le fixer au milieu de votre guidon pour suivre un itinéraire, mais ne le prenez jamais en main ! Au besoin, arrêtez-vous pour le consulter.

Ces règles sont évidemment valables à toute heure du jour et de la nuit, mais il va sans dire qu’elles doivent particulièrement être respectées lorsqu’il fait sombre, les risques pris étant alors, de manière générale, plus importants.

Alors un casque… oui… mais uniquement pour vous protéger la tête !

7. Et de manière générale, redoublez de vigilance !


Le danger étant plus grand la nuit pour les cyclistes et autres usagers de trottinettes, il faut quoi qu’il en soit redoubler de vigilance. Les règles s’appliquant de jour restent valables de nuit !

Il faut en particulier veiller à bien signaler vos changements de direction : tendez le bras, que vous aurez idéalement équipé d’un brassard lumineux ou réfléchissant.

Attention aussi aux angles morts : évitez si possible de rester dans ceux des voitures et – encore plus – des camions !

La Sécurité routière a d’ailleurs diffusé, en janvier dernier, une campagne nationale d’information afin de sensibiliser le public sur les bons réflexes en matière de sécurité pour être plus visible. Son message : « Quand l’éclairage baisse, je renforce ma vigilance, j’augmente ma visibilité. »

* Etude réalisée en ligne du 6 et 11 octobre 2022 par Harris Interactive pour l’association Assurance Prévention, auprès d’un échantillon de 2 039 personnes représentatif des Français âgés de 18 ans et plus.

Cela peut aussi vous intéresser

Circuler à vélo : les 10 réflexes sécurité

Conduire la nuit



Article rédigé par mediascript, rédacteur blog

Article écrit le

Les stages de récupération de points

Tous nos stages de récupération de point par région

Tous nos stages de récupération de point par département

Le permis de conduire