Pour tout renseignement 03.67.260.350
image de l'article Voiturette : réponses aux 8 questions que vous vous posez

Voiturette : réponses aux 8 questions que vous vous posez

La voiturette : accessible dès 14 ans sans permis B !

Vous les voyez fleurir sur les routes… et peut-être vous tentent-elles : les voiturettes sont en vogue ! Particulièrement pratiques si vous ne souhaitez ou ne pouvez pas passer votre permis B (voire si le vôtre a été suspendu !), elles sont néanmoins encadrées par des règles strictes. Qui peut les conduire ? Devez-vous passer le code ? Qu’en est-il de leur immatriculation ? Le point sur tout ce qui concerne celles que l’on appelle encore, par abus de langage, les « voitures sans permis »…



1. Qu’est-ce qu’une voiturette ?


Également connue sous le nom de « quadricycle léger », la voiturette (autrefois appelée « voiture sans permis » (VSP)) est assimilée, au plan de la réglementation, à un cyclomoteur. Conçu pour transporter au maximum 2 personnes (dont le conducteur), ce véhicule motorisé à 4 roues dispose d’un habitacle fermé, son moteur ne devant pas dépasser la puissance de 6 kW.

Notez qu’il existe également des quadricycles « lourds » (voiture 4 portes pouvant accueillir jusqu’à 3 passagers en plus du conducteur), pour lesquels la législation est un peu différente. Nous y reviendrons.

2. À quelles conditions peut-on conduire une voiturette ?


Condition n°1 pour conduire une voiturette : être âgé d’au moins 14 ans (16 ans pour un quadricycle lourd).

Condition n°2 pour conduire une voiturette : ne pas être sous le coup d’une annulation ou d’une suspension de permis avec interdiction de conduire un véhicule à moteur prononcée par un juge.

Condition n°3 pour conduire une voiturette : les personnes nées à partir du 1er janvier 1988 et n’ayant pas le permis B doivent, depuis 2013, être titulaires de la catégorie AM du permis de conduire (anciennement « BSR », jusqu’au 18 janvier 2013). Si l’on pouvait auparavant parler de « voiture sans permis », cela n’est donc plus le cas aujourd’hui...

... sauf si vous êtes né(e) au plus tard le 31 janvier 1987 : vous n’avez alors besoin de rien pour conduire une « VSP »…

Attention : pour conduire une « VSP » 4 places (quadricycle lourd), il faut avoir le permis B1 en poche (donc avoir passé le code et l’épreuve pratique) ! Pas si « sans permis » que ça non plus, dans ce cas…

3. Qu’est-ce-que le permis AM ?


Pour conduire une « voiture sans permis », il vous faudra donc obtenir le permis AM (sauf « VSP » 4 places avons-nous dit). Celui-ci comporte une partie théorique ainsi qu’une formation pratique… mais sans examen !

Pour valider la partie théorique, il faut avoir obtenu soit l’ASSR1 (Attestation scolaire de sécurité routière 1er niveau, en classe de 5e), soit l’ASSR2 (Attestation scolaire de sécurité routière 2e niveau, en classe de 3e), soit l’ASR (Attestation de sécurité routière, dans un centre de formation pour adultes).

La partie pratique nécessite quant à elle une formation de 8 heures (sur 2 jours) en auto-école. Elle permet notamment d’échanger sur les grandes thématiques de sécurité routière, d’acquérir les bases du Code de la route, de profiter d’une formation à la conduite hors puis en circulation et d’être sensibilisé aux risques sur la route.

4. Où et à quelle vitesse peut-on rouler avec une voiture « sans permis » ?


Une voiturette n’a pas le droit de circuler sur les autoroutes, voies rapides, voies express et périphériques. Sa vitesse étant limitée à 45 km/h, il faut dire que cela ferait désordre… puisque sur ces routes une vitesse de 60 km/h minimum est requise ! Emprunter ces routes en « VSP » vous exposerait à une amende de 1500 € (contravention de deuxième classe), voire à une immobilisation du véhicule ou à sa mise en fourrière.

Notez qu’il est interdit de débrider un véhicule dit « sans permis » ! En cas d’accident, le conducteur n’est d’ailleurs plus assuré…

5. En voiturette, peut-on être sanctionné en cas d’infraction au Code de la route ?


Ce n’est pas parce que vous conduisez une voiture « sans permis » que sur la route, tout vous est… permis ! Si vous ne pouvez évidemment pas perdre de point ni vous voir retirer votre permis (et ce même si vous êtes titulaire d’un permis B), cela ne signifie pas qu’aucune sanction ne vous est applicable. Car à l’instar des autres automobilistes, vous devez porter votre ceinture de sécurité, respecter la signalisation, ne pas utiliser de téléphone au volant, rouler à 30 km/h en «zone 30», etc.

Attention aux amendes ! Elles sont pour vous aussi.



Et si vous conduisez en état d’ébriété, vous pouvez même vous voir interdire la conduite d’une voiturette pendant 5 ans.

6. Une voiturette doit-elle être assurée ?


Comme pour tout véhicule terrestre à moteur, une assurance est obligatoire : pour une voiturette, il vous faudra souscrire au minimum à une assurance responsabilité civile, mais il sera évidemment plus rassurant d’opter pour une assurance plus complète ! Une voiturette peut aussi être victime d’un vol ou d’un bris de glace…

Quoi qu’il en soit, vous payerez nécessairement moins cher, pour une « VSP », que pour un autre type de voiture, tant les risques que vous serez susceptible de prendre seront moindres.

Notez enfin qu’en tant que conducteur de voiturette, vous n’êtes pas soumis au système de bonus-malus dans votre contrat d’assurance.

7. Une voiturette doit-elle être immatriculée ?


Oui, une voiture « sans permis » doit être immatriculée ! Comme pour toute voiture, c’est en Préfecture que cela se fait : on vous y délivrera un certificat d’immatriculation et vous devrez placer une plaque d’immatriculation à l’arrière de votre « VSP » (elle n’est que facultative à l’avant).



8. Une voiturette est-elle soumise au contrôle technique ?


Faire le choix d’une voiture « sans permis », c’est aussi vous dispenser de contrôles techniques !

Cela ne justifie toutefois pas que vous délaissiez l’entretien de votre véhicule : n’oubliez pas, par sécurité, de vérifier régulièrement l’état de vos pneus, de vos freins, et de toutes les pièces qui s’usent rapidement (ampoules, filtres, etc.).

Article écrit le