Pour tout renseignement 03.67.260.350

Téléphone au volant : où en est-on ?

Le téléphone au volant est interdit : pourquoi, dans quelle mesure, quelles sanctions ?

Faites-vous partie de ces personnes qui banalisent l’usage du téléphone au volant ? Nombreux sont en tout cas les automobilistes à manipuler leur smartphone alors qu’ils conduisent et ce, même si cette pratique est formellement interdite par la loi ! Interdite… car particulièrement dangereuse. Petit tour d’horizon sur l’usage du téléphone au volant, sur les risques encourus tant sur la route qu’en termes de sanctions, et sur la conduite à adopter.

1. Le téléphone au volant : attention danger !





Utiliser son téléphone en conduisant constitue une importante source d’accidents. On estime que cette pratique est actuellement responsable d’un accident sur 10, multipliant par 3 les risques ! Et c’est encore pire si l’on parle du fait de lire voire d’envoyer des sms au volant…

Une constatation finalement évidente, tant l’usage du téléphone au volant a des conséquences sur la conduite, pour la plupart dues évidemment à une baisse de la concentration et de la vigilance. Citons par exemple une réduction des distances de sécurité, une difficulté à maintenir une vitesse adaptée, une augmentation du temps de réaction (freinage tardif…), une baisse de vigilance quant à l’analyse de l’environnement, etc.

Le champ visuel est par ailleurs réduit, la perception auditive se trouvant également perturbée… On « oublie » de s’arrêter aux passages piétons, on mord les lignes et l’on regarde moins efficacement dans ses rétroviseurs. De quoi faire et se faire peur !

2. Le téléphone au volant : ce qui est interdit



C’est progressivement que le législateur a précisé ce qui, en matière d’usage du téléphone au volant, était accepté ou non… En 2003, l’usage d’un téléphone tenu en main en conduisant a été interdit (que ce soit pour téléphoner, envoyer des SMS ou écouter de la musique), mais l’on pouvait avoir recours à un dispositif audio de type écouteurs, oreillette ou casque puisqu’ils permettaient de garder les deux mains sur le volant. Depuis 2015 est prohibé tout dispositif susceptible d’émettre du son à l’oreille en conduisant (oreillette (y compris oreillette bluetooth), casque et écouteurs), à l’exception des appareils électroniques correcteurs de surdité.

Précisons qu’un automobiliste ne peut utiliser son téléphone même à l’arrêt, à un feu rouge.

Un arrêt de la Cour de cassation du 2 février 2018 précise enfin que le téléphone tenu en main est également interdit à l'arrêt moteur éteint, pour une voiture stationnée sur le bas-côté. Pour utiliser le téléphone en voiture, il faut que le véhicule soit garé sur une place de stationnement ou alors à l'occasion d'un arrêt d'urgence en cas de panne.

3. Le téléphone au volant : ce qui reste autorisé



Malgré toutes ces interdictions, il reste possible d’utiliser son téléphone légalement, en conduisant ! Sont en effet autorisés les kits mains libres Bluetooth avec micro et haut-parleurs intégrés (ou retransmettant le son sur les haut-parleurs du véhicule), et les systèmes Bluetooth intégrés dans le véhicule.

Vous pouvez opter pour un autoradio Bluetooth à monter à la place de votre ancien autoradio. Certains sont même compatibles avec les commandes au volant, ce qui vous permettra de décrocher sans lâcher ce dernier !

4. Quelles sanctions ?



Le fait de consulter, de manipuler ou d’utiliser un téléphone portable tenu en main est sanctionné par une amende forfaitaire de 135 € (minorée à 90 € et majorée à 375 €) et un retrait de 3 points du permis de conduire. Il en est de même pour tout port, à l’oreille, d’un dispositif émettant du son (oreillette, casque, écouteur), exception faite des sonotones.

Depuis le 22 mai 2020, l’usage du téléphone au volant accompagné d’une autre infraction (non-respect d’un feu rouge, d’un stop ou d’un cédez le passage, circulation sur la mauvaise voie, non-respect des limitations de vitesse, etc.) est par ailleurs passible d’une rétention du permis de conduire. Cette rétention pourra être suivie d’une suspension de ce dernier pour une durée maximale de 6 mois, cette durée étant fonction de la gravité de l’infraction commise et pouvant être portée à un an en cas notamment d’accident de la route ayant entraîné la mort d'une personne ou ayant occasionné un dommage corporel, d’alcoolémie positive ou d’usage de stupéfiants.

5. Comment ne plus toucher votre téléphone en conduisant…



Votre téléphone est juste là, qui vous tend les bras (et surtout son écran) ? Voici quelques suggestions pour éviter de l’utiliser au volant :
- Passez vos coups de fil importants avant de partir.
- Si vous êtes accompagné(e), mettez votre passager à contribution pour décrocher si votre téléphone sonne.
- Vous êtes seul(e) ? Eteignez votre portable ou mettez-le sur « mode avion ». La tentation de vous en servir sera nécessairement moindre.
- Vraiment besoin de consulter vos SMS, d’écouter vos messages ou d’appeler quelqu’un ? Octroyez-vous une pause ! Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups.
- Utilisez l’application de la Sécurité routière « Mode Conduite », qui envoie un message à ceux qui vous contactent lorsque vous conduisez.

Solution plus radicale encore : mettez votre portable dans votre coffre ! Aucun risque, ainsi, de craquer

Vous avez utilisé votre portable au volant… et perdu des points ? Faites un stage de récupération de points ! Avec nos stages à Strasbourg, Metz, Mulhouse, Belfort, Colmar et Nancy, récupérez jusqu’à 4 points sur votre permis !

Article écrit le